Ottawa prolonge la date limite pour soumettre une demande de crédit d’impôt pour personnes handicapées

Temps de lecture : < 1 minute

le 23 octobre dernier, « la ministre fédérale de l’Emploi, du Développement de la main‑d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées, Carla Qualtrough, a annoncé le report de la date limite pour soumettre une demande de crédit d’impôt pour personnes handicapées (CIPH). Continuer la lecture de « Ottawa prolonge la date limite pour soumettre une demande de crédit d’impôt pour personnes handicapées »

La COVID-19, le moment ou jamais pour changer notre réalité!

Temps de lecture : 4 minutes

Cette année, nous avons été frappés de plein fouet d’une pandémie
mortelle qui a paralysé notre belle province. La COVID-19 a permis de
faire la lumière sur la tragédie humaine que vivent nos ainés, ces
femmes et ces hommes qui ont construit le Québec dans lequel nous pouvons si bien vivre aujourd’hui. Malheureusement, encore une fois, l’histoire nous montre que ce n’est que lorsqu’une catastrophe
humanitaire surgit que l’être-humain réagit. Le gouvernement québécois s’efforce de former désespérément 10 000 préposés en l’espace de trois mois pour permettre à nos ainés de recevoir les soins qu’ils ont besoin. S’il y a une seule question que je me pose, c’est celle-ci: pourquoi? Pourquoi attendre qu’il y ait une crise pour réformer dans la précipitation? En raison des conditions salariales offertes, 10 000 intervenants en plus dans les CHSLD signifie 10 000 intervenants en moins dans les milieux communautaires, et plus particulièrement dans les centres pour les personnes en situation de handicap. J’exagère peut-être, mais à peine… Ces centres ont-ils moins besoin d’intervenants que les personnes âgées? Pas certain! Et pourtant… Cette mesure du gouvernement Legault, même si elle semble noble à première vue, donne l’impression d’être totalement improvisée. Je ne dis absolument pas que les personnes âgées ne devraient pas avoir plus d’intervenants à leur service; j’ai seulement l’impression que les impacts négatifs d’une telle mesure sur les autres communautés vulnérables n’ont pas été justement considérés parce que la tragédie que vivent celles-ci est invisible du grand public.

J’écris cette lettre aujourd’hui pour lancer un appel à la communauté des personnes en situation de handicap. Arrêtons de nous plaindre et de faire toujours appel à la charité de nos gouvernements. Si nous étions une communauté forte et mobilisée, ne vous inquiétez pas que nous aurions été davantage entendus. Le problème aujourd’hui réside dans notre attitude réactionnaire. Nous subissons l’actualité. Nous avons de la difficulté à nous mobiliser autour d’un projet commun pour changer en profondeur notre destin. Combien de hauts fonctionnaires en situation de handicap travaillent dans les gouvernements? Combien de ministres sont handicapés? Quelle est l’importance des ministères et des budgets consacrés à ces communautés? Qui décident des réformes qui doivent être menées pour améliorer de façon significative le sort de notre communauté? Des personnes en situation de handicap? Pas certain! C’est là le problème. Jamais l’éducation ne nous a été aussi accessible. L’élite de notre communauté ne s’intéresse pas, ou peu, aux problèmes de fond qui gangrènent notre communauté. Le changement doit s’opérer au sein même de nos mentalités. Nous devons nous rassembler pour nous créer une identité politique; nous devons occuper l’espace médiatique sur d’autres sujets que les questions d’accessibilité; nous devons avoir des ambitions; nous devons nous démarquer des autres; nous devons inciter des membres de notre communauté à engager nos stagiaire handicapés; nous devons être solidaires entre nous; nous devons pousser pour qu’il y ait des stages dans les instances gouvernementales, dans les magistratures, dans les grandes entreprises, dans les banques et dans les enceintes de pouvoir pour former nos jeunes handicapés; nous devons organiser des rencontres fréquentes entre nos professionnels handicapés et nos jeunes pour les inspirer; nous devons jouer notre rôle de communauté au sein de la société, capable de proposer un monde alternatif dans lequel notre communauté serait totalement intégrée. Notre élite doit se mobiliser. Nos organismes communautaires doivent laisser de côté leurs velléités et se battre pour ce projet commun. Nous devons enfin jouer un rôle plus important sur la scène politique. Ce n’est que, lorsque l’on occupera des postes de responsabilités, que les décideurs prendront des décisions en prenant constamment en compte nos intérêts et que l’on se préoccupera de façon naturelle des plus vulnérables de notre communauté.

J’ai un projet que je rêve de mettre en place. J’aimerais constituer un plan global pour former politiquement une élite intellectuelle dans
la communauté des personnes handicapées. Ce plan doit se faire autant au niveau national qu’international. L’objectif ultime sera de créer une structure d’échange et de collaboration des personnes en situation de handicap pour, d’une part, débattre des idées et créer une identité politique propre à notre communauté, et, d’autre part, de mettre en place des mécanismes d’actions pour accroitre notre influence auprès des décideurs et d’installer des membres issus de notre communauté au sein des plus hautes instances dirigeantes de notre société. Bien évidemment, Cela est un projet de longue allène, qui prendra des décennies entières avant de porter ses fruits. Je m’inspire pour cela des luttes des autres groupes sociaux, tels que les courants féministes. Ces derniers s’organisent, se réunissent de façon assez fréquente au niveau national comme transnational, pour débattre des enjeux relatifs à leur communauté et faire des alliances sur certaines thématiques communes afin de peser plus lourd au sein des instances dirigeantes dans les divers États et de proposer de réelles alternatives au fonctionnement du système actuel. Nous devons faire de même. Nos associations ne se parlent pas, ou peu; nos élites ne se connaissent pas; nous sommes peu solidaires avec les batailles des organismes qui luttent pour faire avancer les causes pour des personnes qui ont des handicaps différents des nôtres. C’est une erreur. Tous ensemble, nous représentons 15% de la population mondiale. Nous sommes la minorité visible la plus importante au monde. Si nous nous mobilisons, si nous trouvons des intérêts communs sur lesquels nous pouvons orienter nos combats, nous pourrons changer le sort des plus vulnérables de notre communauté. Cela demande de l’expertise, de l’énergie et de la volonté. Il ne s’agit pas de se contenter d’adopter des « mesurettes » pour mettre des pansements pour soulager des plaies; il s’agira de trouver des solutions pour cicatriser définitivement nos blessures. Tous ensemble, mobilisons-nous!

Juba Sahrane

Semaine Québécoise des personnes handicapées, parce que chaque geste compte

Temps de lecture : 2 minutes

La 24e édition de la Semaine québécoise des personnes handicapées se déroule actuellement, et ce, jusqu’au 7 juin.
Parce que chaque geste compte pour que les personnes handicapées soient informées et bénéficient de l’entraide requise durant la pandémie, elles font appel à la solidarité de la population.

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=GToDfMQHsmc&t=11s&ab_channel=Officedespersonneshandicap%C3%A9esduQu%C3%A9bec[/embedyt]
Du premier au 7 juin a lieu la Semaine québécoise des personnes handicapées. Sous le thème de la solidarité, cette semaine nous invite à faire preuve d’ouverture et de respect pour réduire les obstacles que peuvent rencontrer les personnes en situation de handicap et leur famille, particulièrement durant cette période exceptionnelle où la pandémie bouleverse nos sociétés modernes.
La situation que nous vivons peut nous occasionner des inquiétudes, des appréhensions et des difficultés nouvelles. Au Québec, plus d’une personne sur dix a une incapacité significative la rendant susceptible de rencontrer des obstacles dans la réalisation de ses activités de tous les jours. Pour plusieurs d’entre elles, qui se trouvent confinées, il est indispensable qu’elles soient bien informées des mesures prises par les autorités publiques pour contrer la pandémie. Néanmoins, ces mesures peuvent avoir une incidence sur les services de soutien à domicile ou les transport dont ces personnes bénéficient normalement, car se trouvant davantage isolées et étant plus susceptibles de rencontrer des problèmes pour obtenir certains biens et services essentiels.
La solidarité collective est plus que jamais nécessaire, et peut entre autres se concrétiser par une meilleure compréhension de la réalité de ces personnes et des obstacles supplémentaires que celles-ci vivent dans le contexte actuel. Rappelons-nous que chaque geste compte! Déjà, partout au Québec, des personnes et des organisations font présentement la différence pour bon nombre de personnes handicapées et leur famille.
À l’occasion de la Semaine québécoise des personnes handicapées, participons nous aussi à cette solidarité collective!
Parce que chaque geste compte…
Source: Office Québécoise de la langue Française (OPHQ.

COVID-19: Annulation des séances publiques en présentielles prévues cette année

Temps de lecture : < 1 minute

Bonjour à toutes et à tous,
Tout d’abord, nous espérons que vous allez bien et ce, malgré les conséquences que peut avoir la COVID-19 dans nos vies.
En respect des directives gouvernementales de distanciation sociale, l’équipe de Parlons des yeux à, depuis le 16 mars, suspendue toute ses activités publiques.
Il ne faut pas croire que nous chômons pour autant. Ce confinement nous permet de terminer des rapports d’études, de mettre à jour nos outils d’information et de renouveler nos méthodes de communications avec vous.

Au cours des derniers mois, nous avons suivi de près l’évolution de la situation engendrée par la pandémie. Afin d’assurer la santé et la sécurité de nos supportaires et de nos futures partenaires d’affaires, il a été décidé qu’aucune séance en présentiel n’aura lieu durant la prochaine année. Nous sommes cependant heureux d’annoncer que nous adaptons nos activités périphériques au format numérique. Les consultations, les séances d’idéation et d’information auront lieux en ligne, sur la plateforme Repensons l’intégration et via Zoom. Nous vous invitons à consulter la page Activités numériques pour en savoir plus.

Finalement, nous souhaitons vous rappeler que la participation en ligne n’est pas la seule alternative. Informez-vous sur les différentes façons de contribuer ici.

L’équipe du projet Parlons des yeux

COVID-19: nous prenons des mesures

Temps de lecture : 2 minutes

Chers supportaires et partenaires;
On ne vous apprend rien en vous disant que nous sommes tous en ce moment dans une période assez particulière. Notre priorité est bien entendu de veiller à la sécurité et de prendre soin de notre équipe, de la communauté déficiente visuelle, de nos supportaires et de nos partenaires d’affaires. Nous devons également utiliser ce précieux temps pour assurer la continuité de nos activités.

Une série de mesures

Photo: Docteure portant un masque et des gants.
Matthew Henry / Burst

Dans l’objectif désormais affirmé de limiter la propagation du coronavirus, nous avons pris les mesures suivantes.

Suspension des réunions de travail

Jusqu’au 16 avril inclusivement, toutes les réunions de travail et d’affaires ont été annulées ou reportées. Elles seront remplacées par des rencontres téléphoniques.

Décalage des consultations en présentiel

Dans le but d’éviter tout rassemblement de plus de 10 personnes (entente interne), les dates prévues pour les séances en présentielles ont été décalées. Vous serez informés dès qu’elles seront décidées.

Un plan préventif

Nous travaillons également sur un plan de contingence qui nous permettra, à l’avenir, de contrôler et de minimiser l’impact de la COVID-19 à l’interne, mais aussi des autres situations de ce genre.
Nous suivons de près la situation et nous vous informerons en temps et lieu si d’autres mesures doivent être mises en place.

Un avantage du numérique

Le télétravail faisant partie de notre quotidien depuis toujours, notre organisation est équipée des technologies nécessaires pour nous permettre d’effectuer l’ensemble de nos tâches à distance.

Finalement, nous tenons à offrir nos pensées et notre support à tous ceux qui doivent composer avec les impacts d’une contamination au sein de leur propre organisation ou dans leur entourage.

Pour plus d’informations sur l’état de la situation, consultez le site Web de votre autorité local ou celui de l’ASPC.

Nous vous remercions pour votre collaboration et pour votre compréhension.
L’équipe de la Fondation ISPAAC.

Michel-Anthony Borde,
Président-fondateur